44 portraits vidéo
Accès marchés publics
S'abonner à notre newsletter Voir toutes les ressources
//
03-12-2018

Le mois de la transmission d'entreprise

Découvrez les témoignages de repreneurs

Le mois de la transmission d'entreprise

La Chambre de Métiers, présente au côté des cédants et des repreneurs d'entreprises artisanales

La CMA 34 propose un dispositif d'accompagnement complet à la transmission d'entreprise se déclinant en plusieurs phases :

  • L'aide à la décision du mode de transmission
  • L'étude de la valeur de l'entreprise
  • La mise en vente sur différents supports dédiés à la cession d'entreprise
  • La mise en relation avec des repreneurs potentiels
  • L'accompagnement du repreneur

 

 "La reprise se passe très bien tous les clients ont joué le jeu"

Les chiffres ne mentent pas : reprendre une entreprise artisanale, plutôt qu'en créer une nouvelle, assure une plus grande pérennité à l'entreprise. Forte de ce constat, la Chambre de Métiers et de l'Artisanat de l'Hérault met tout en œuvre pour accompagner et soutenir, le cédant et le repreneur dans leur démarche. Exemple à Hérépian...

 

En 2016, Richard Verlaguet souhaite céder son entreprise avant son départ à la retraite. Il contacte le service transmission reprise de la CMA 34 pour l'accompagner dans sa démarche. "J'ai été accompagné par la CMA 34 afin d'évaluer mon entreprise et de faire un diagnostic de l'entreprise à céder". Explique le cédant qui ajoute : "j'avais déjà identifié mon repreneur qui était mon salarié".

 

L'entreprise qui est un "laboratoire de prothèse dentaire" existe depuis 36 ans. Elle est implantée à Hérépian dans les hauts cantons de l'Hérault. L'entreprise a été créée en 1984 par Richard Verlaguet. Il s'agit d'une activité de prothésiste dentaire. Les clients sont des cabinets dentaires fidélisés. De plus, l'entreprise est connue pour ses prestations de qualité et sa réactivité.

Deux années m'ont permis de connaître le fonctionnement de l'entreprise, ses clients et ses salariés.

 

Le repreneur, Jérôme Fayard raconte son parcours : "j'ai suivi ma formation de prothésiste dentaire en contrat d'apprentissage de 2007 à 2009. J'ai ensuite travaillé chez plusieurs prothésistes et en 2016 j'ai été embauché par Monsieur Verlaguet. L'objectif était à terme, la reprise de l'entreprise. Ces deux années m'ont permis de connaître le fonctionnement de l'entreprise, ses clients et ses salariés."

 C'est là que l'intervention de la CMA 34 est cruciale, notamment pour l'attribution de subventions et l'obtention de prêts.

 

"J'ai été accompagné par la CMA 34 dans mon projet de rachat, se réjouit le repreneur, il s'agissait de monter un dossier de financement en vue de l'obtention d'une subvention région finançant en partie le rachat d'un fonds de commerce. La CMA a présente le dossier à la région et j'ai pu obtenir 30K€ de subvention. J'ai pu également bénéficier de prêts à taux zéro de la part de la plateforme d'initiative locale afin d'augmenter mon apport personnel".

 

A la question comment se déroule la reprise, Jérôme Fayard, le repreneur répond avec le sourire : "l'entreprise  compte aujourd'hui 4 actifs, Monsieur Verlaguet, mon ancien patron, m'accompagne dans le cadre du tutorat. La reprise se passe très bien, tous les clients ont joué le jeu, ils sont tous très contents et moi aussi. Le chiffre d'affaires est en légère hausse de mois en mois, tout va pour le mieux".

 

 Myriam LANGOUET a racheté un magasin de fleurs sur Castries à Madame Catherine BARTHES au mois de Décembre 2017. Cette dame a créé le magasin en

2002 en misant sur un concept un peu spécifique groupant la vente de vente de thé et de fleurs sous le même établissement. En 2011, elle se sépare

une première fois de son magasin qu’elle reprend en 2013 suite aux difficultés rencontrées par le repreneur de l’époque. Désirant à nouveau

se séparer de son magasin pour se consacrer à une autre activité, elle entreprend courant 2017 les démarches pour le mettre en vente et rencontre Madame LANGOUET

 qui entreprend les démarches pour effectuer le rachat. Cette dernière nous raconte le processus qui l’a orienté vers ce rachat.

Quel est votre parcours ?
Apprentie fleuriste de 1997 à 2001 puis salariée jusqu'en 2016, j’ai acquis de nombreuses compétences et un savoir-faire de qualité dans cette activité.
Je suis passionnée par mon métier et j’ai participé à plusieurs concours dont les Olympiades
où j'ai gagné les sélections régionales.
 
Pourquoi avoir choisi de reprendre une entreprise ?
Les premières motivations qui m’ont poussé à créer mon entreprise sont l'envie de donner un sens à mon activité en faisant ce que j'aime.
Pouvoir exprimer ma vraie personnalité professionnelle et ma créativité.
Pouvoir gérer mon rythme de travail et me donner de meilleures conditions pour ma santé.
L'envie d'avoir une certaine reconnaissance et de réussir dans mon domaine.
Comment avez-vous trouvé votre entreprise ?
En consultant au mois de Mai 2017 un site de d’annonce sur internet et après plusieurs semaines de recherche je suis tombé sur cette affaire
qui m’a rapidement séduite  pour son espace et son loyer abordable pour un démarrage.
A partir de ce moment-là j'ai rapidement pris contact avec la cédante puis j'ai effectué une première visite en juin. 
J'ai par la suite continué à échanger avec la cédante et je me suis positionnée début août 2017 en faisant une offre et en signant
un compromis pour le rachat du magasin.
Dès lors, les choses se sont accélérées.
Quel accompagnement avez-vous eu ?
Je me suis rapprochée de la chambre des métiers pour être accompagnée dans mon processus de reprise. Le conseiller de la CMA m’a aidé dans la rédaction
de mon business plan et nous avons monté un dossier de demande de prêt à taux zéro auprès de la plateforme d’initiative pic Saint loup. 
J’ai obtenu 5000€ Nacre et 5000€ initiative pic Saint loup pour compléter mon apport personnel.
Grâce à cet accompagnement,  j’ai été préparée à défendre mon dossier devant les membres du comité.
Comment se passe la reprise aujourd’hui ?
Ma prédécesseure ne faisait pas totalement les mêmes prestations que moi. Lors de mon entrée dans les locaux.
J’ai donc dû procéder à des travaux pour adapter l’outil de production et me l’approprier. 
Ainsi depuis j’ai mis en place des nouvelles prestations je donne régulièrement des cours d’arts floraux et me suis spécialisée
 dans le domaine du mariage en me rends sur les lieux pour la réalisation et la mise en place de la décoration florale et propose
 également de la location. La reprise, même si compliquée avec la conjoncture actuelle et les difficultés des débuts, se passe bien et les clients sont au rendez-vous.

 

 

 

 Christopher et Valentin se sont rencontré en 2016 lors de leur reconversion professionnelle à l’AFPA de Saint jean de védas dans la formation de Technicien Après-Vente Automobile. Ils ont rapidement commencé à travailler ensemble et se sont lancés dans divers projets sans hésitation. De là est née leur collaboration et leur envie d’avoir leur propre garage, de partager leur passion pour les véhicules sportifs et anciens.
Avant cette réorientation Christopher fut militaire mais aussi gérant d’une société familiale de peinture alors que Valentin issu d’une formation commerciale a grandi et participé activement de différentes manières (confection, relation clientèle, gestion des stocks et des rendez-vous...) dans le commerce familial de couture et création durant de nombreuses années.
Dans le cadre de cette formation ils ont pu développer un réseau composé de nombreuses casses automobiles, un fournisseur de pièces, des petits garages et concessionnaires par le biais desquels ils ont eu vent de la vente du garage automobile courant 2017.
Dès lors Monsieur CUCURULLO et Monsieur BELLET se sont rapprochés du cédant pour négocier le rachat du garage.
 « Nous avons également été accompagnés par la CMA dans le cadre du montage de notre dossier de financement auprès de la plateforme d’Initiative de Bassin de Thau ou nous avons obtenu un prêt à taux zéro de 10 000 euros et aussi dans le montage du dossier NACRE auprès duquel nous avons obtenu 16 000 euros. Le conseiller nous a également aidé à monter le dossier pour obtenir la subvention Cap Jeune de 2000 euros auprès de l’Airdie et a défendu notre dossier. »
Après une longue année de préparation, le projet a enfin pris forme et B AND C AUTO a ouvert ses portes offrant un panel de véhicules différents, accessibles à tous, de la carrosserie par sous-traitance, de la vente de VO et VN, et de la mécanique.

A la CMA 34 on aime les artisans heureux.

Pour un accompagnement transmission / reprise d'entreprise :

contacts CMA 34 :

s.malvaldi@cma-herault.fr - 04 67 72 72 36

y.tournaire@cma-herault.fr - 04 67 72 72 34

 

 

 

 

 

 

 

 

 
 
 
Haut de page
Réduire la taille du texteAugmenter la taille du texteEnvoyer à un amiImprimer la page